•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••
"Il y a deux ans, quand mon mari (73 ans) a présenté des troubles de la mémoire sérieux, des pertes de repères géographiques et une "absence" ***de plus en plus importante, nous avons commencé à nous inquiéter.
Une consultation et des examens dans un service de neurologie nous ont "rassurés" quant aux risques de développer une maladie d'Alzheimer. Mais aucune cause n'était donnée pour ses troubles et ils ont progressé, entrainant bien évidemment des remises en question sur le diagnostic et une inquiétude progressive.

Mais de toute façon, aucun traitement spécifique et efficace n'existant actuellement pour les personnes souffrant d'une telle pathologie, nous nous sommes tournés vers les thérapies alternatives et complémentaires : Reiki, homéopathie, kinésiologie, etc. Chacune d'entre elles a donné quelques résultats qui nous ont aidé à garder espoir, mais ils furent souvent éphémères.

Un jour une homéopathe nous a dit une chose qui m'a profondément marquée : "Pour beaucoup de personnes souffrant de ces troubles, la cause est souvent due à un blocage émotionnel parfois très lointain, très fort et très profondément ancré dans l'inconscient". Elle a commencé à lui donner un traitement qui l'a aidé (et continue à l'aider) sans pour autant supprimer la cause.

Plusieurs mots de la phrase dite par notre homéopathe ont cependant résonné en moi : blocage émotionnel, lointain, inconscient et se sont liés pour m'amener à penser à l'hypnose.
Plus je m'y suis intéressée, plus ma conviction que cette méthode était faite pour mon mari grandissait. Un jour j'ai rencontré Eric, un praticien sérieux et recommandé. Je lui ai raconté notre histoire et il m'a confirmé qu'il y avait de forts espoirs pour qu'une séance (au moins) puisse aider mon mari.

C'est ce qui s'est passé. Après la première séance les différences de comportement et les progrès ont été spectaculaires, progressifs et durables. Petit à petit il a retrouvé un comportement normal. Il s'est remis à avoir des choses à dire et à participer aux conversations de son entourage. Il était là, avec nous. Il s'intéressait à ce qui se passait autour de lui. En voiture il retrouvait son chemin et surtout une expression magique était revenue dans sa vie :" Ah ! oui" ce qui signifie "j'avais oublié, mais ça me revient".

Au bout d'un mois de progrès réguliers et de sourires retrouvés, il y a eu quelques jours de flottement et l'inquiétude est revenue, alors nous avons contacté Eric Spampinato pour savoir s'il serait nécessaire de faire une deuxième séance. Il nous a rassurés, expliqué ce qui se passait dans la tête de mon mari à la suite de la première séance et qu'il fallait simplement laisser les choses se faire à son rythme. Ce contact a été très important et totalement salutaire puisque dès le lendemain les progrès ont repris et n'ont pas cessé depuis. Je crois vraiment que nous sommes sortis de ce tunnel angoissant.
Geneviève V.
Biarritz